Les autorités sanitaires espagnoles pensent à ne pas imposer la vaccination contre le covid, même si elles n’excluent rien.

Le débat suscité par les mouvements anti-vaccins prend désormais de l’ampleur à l’approche de l’arrivée des vaccins contre les coronavirus. Vaccination obligatoire oui ou non?

Des sources du ministère de la Santé assurent que rien n’a encore été décidé et qu’aucune possibilité n’est exclue, bien qu’à priori la vaccination obligatoire ne soit pas considérée comme la première option en Espagne.

Contrairement à d’autres pays voisins comme la France ou l’Italie, en Espagne, il n’y a pas de vaccination obligatoire; tous sont volontaires. Ceci est simplement dû au fait qu’il n’a pas été nécessaire de les imposer car les taux de vaccination sont déjà assez élevés en eux-mêmes – environ 95% des enfants de moins de 2 ans ont des vaccins programmés.

11 vaccins obligatoires en France, aucun en Espagne

En France, jusqu’en 2017, il y avait trois vaccins obligatoires: contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTC), mais la même année, la loi a changé pour inclure un total de 11 vaccins dans le caractère obligatoire.

«Le taux de couverture vaccinale est de 75%, alors qu’il devrait être de 95% pour prévenir cette épidémie [de rougeole]», a dénoncé la ministre française de la Santé de l’époque, Agnès Buzyn. «Dix enfants sont morts de la rougeole depuis 2008», déplorait Buzyn à l’époque.

Actuellement, tous les enfants français nés après 2018 doivent être vaccinés avec 11 vaccinations obligatoires, y compris contre la rougeole, pour être inscrits à l’école, sauf s’ils ont une contre-indication.

Sinon, le mineur peut ne pas être admis dans un centre. En 2017, les amendes et peines de prison infligées aux parents ont été supprimées, bien qu’ils puissent y faire face si l’enfant décide de les dénoncer à l’âge de la majorité, ou si un tiers les dénonce comme étant tombés malades en raison de la non-vaccination de leur enfant.

Hier Mardi 24 Novembre, Mr Macron a bien dit qu’il ne rendra pas le vaccin obligatoire

Toujours en Italie, la situation a conduit les autorités à imposer 10 vaccins obligatoires et 4 fortement recommandés, se justifiant par la baisse alarmante des taux de vaccination ces dernières années.

Le Premier ministre français, Jean Castex, a déjà exprimé sa préoccupation quant à l’éventualité que ses compatriotes refusent de se faire vacciner désormais contre le covid. Le dernier sondage publié a révélé qu’un Français sur deux refuserait de se faire vacciner et que 60% de la population française est contre de rendre le vaccin obligatoire. «Ma crainte est que les Français ne soient pas vaccinés», a reconnu Castex dans une interview au Monde il y a quelques jours.

Hier Mardi 24 Novembre, Mr Macron a bien dit qu’il ne rendra pas le vaccin obligatoire

En Espagne, il n’y a “rien d’exclus”

En Espagne, ces craintes n’existent pas pour le moment et le ministère de la Santé est enclin à ce que la vaccination contre le coronavirus ne soit pas obligatoire, suivant la voie engagée jusqu’à présent. Cependant, “cela ne peut être exclu en tant que tel”, préviennent-ils. Tout dépendra de l’attitude de la population.

“Nous pensons qu’il est essentiel de communiquer correctement et de résoudre tous les doutes que peuvent avoir le personnel de santé et la population en général pour promouvoir la vaccination et motiver les gens”, soutiennent-ils. Si cela ne suffit pas pour faire vacciner la population, d’autres options seront envisagées. “Ce qui doit être fait pour contrôler la pandémie sera fait”, disent-ils.

“Pour le moment, l’obligation n’est pas envisagée, mais s’il est nécessaire de l’appliquer, elle sera valorisée, car il existe des outils pour pouvoir le faire”, expliquent-ils.

“Ce qui doit être fait pour contrôler la pandémie sera fait”
Sources du ministère de la Santé

Il existe un précédent relativement courant dans lequel un juge a rendu la vaccination obligatoire. Cela s’est produit en 2011 dans une région de Grenade, où, en raison d’une épidémie de rougeole dans laquelle 46 personnes ont été infectées, et en raison du refus de 58 parents de vacciner leurs enfants, le juge a ordonné la vaccination forcée de 35 enfants avec le triplet.

Selon le portail vaccinal de l’Association espagnole de pédiatrie, le gouvernement pourrait désormais se réfugier également en état d’alerte, sur la base de l’article 12, qui stipule que “l’autorité compétente peut adopter, selon les cas, en plus de la les mesures prévues dans les articles précédents, celles établies dans le règlement de lutte contre les maladies infectieuses ».

Tout est prêt pour le plan de vaccination … ou pas

Les dernières enquêtes suggèrent une certaine méfiance parmi la population espagnole au goutte-à-goutte des annonces des laboratoires sur les avancées de leurs vaccins (Pfizer et Moderna à 95% d’efficacité, AstraZeneca à 70% …). Dans le dernier baromètre CIS à la mi-novembre, 47% des personnes interrogées ont déclaré ne pas vouloir se faire vacciner «immédiatement» contre le coronavirus, contre 43,8% qui ont répondu de même le mois précédent.

Au contraire, 36,8% de la population ont répondu par l’affirmative et 1,4% ont dit qu’ils étaient prêts à être vaccinés immédiatement si l’antidote a des garanties, s’il est prouvé et fiable. 0,3% le feraient sur l’avis des autorités.

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, estime qu’une part très importante de la population” sera vaccinée au cours du premier semestre 2021, grâce à un plan de vaccination pionnier en Europe qui sera approuvé ce mardi en Conseil des ministres.

Le gouvernement a annoncé ce lundi qu’il s’attend à disposer jusqu’à 140 millions de doses de vaccins pour faire face au coronavirus, correspondant au contrat d’achat anticipé de l’Union européenne. Le ministère dirigé par Salvador Illa estime que 80 millions de vaccins pourraient être effectués dans notre pays, soit près du double de la population espagnole (47 millions), et ils précisent qu’en cas d’excès de vaccins, ils seront distribués à d’autres. territoires non communautaires.

Lors de l’annonce de la conférence de presse, la directrice de l’Agence espagnole des médicaments (AEMPS), María Jesús Lamas, a garanti “la plus grande rigueur” dans l’application du plan de vaccination espagnol. “.Aucun vaccin ne sera administré sans avoir été préalablement autorisé par l’Agence européenne des médicaments », a rassuré Lamas.

Joindre notre groupe facebook

facebook logo

Nouveautés du site
nouveautés du site

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ouvrir chat
Besoin d'aide?
Francophones en Catalogne
Bonjour, nous sommes à l'écoute