L’urgence climatique, la pollution et la surpopulation imposent des changements structurelles dans la production alimentaire · Cela pourrait être une révolution sans précédent.

Nous sommes actuellement plongés dans plusieurs révolutions qui changent profondément notre façon de vivre: la révolution Internet, les énergies renouvelables et l’électrification de la mobilité, entre autres. Cependant, dans le secteur agroalimentaire, un certain nombre de développements technologiques se conjuguent dans ce qui pourrait être la prochaine grande révolution: l’agriculture verticale. Avec l’urgence climatique et une population de plus de 10 milliards d’habitants d’ici la fin du siècle, l’agriculture doit opérer des changements structurelles profonds et rapides. La culture dans les bâtiments promet de réduire le grave impact environnemental de l’agriculture moderne, d’optimiser les ressources, d’assurer la sécurité alimentaire et de restaurer les écosysthèmes. Y a-t-il une réalité dans ces promesses? Sera-t-il capable de rivaliser avec l’agriculture traditionnelle? Ci-dessous nous vous donnons tous les détails.

L’impact environnemental de l’agriculture

La perception de la majorité de la population est que l’agriculture est naturelle. Mais la réalité est qu’il s’agit d’une technologie humaine développée relativement récemment. Pour la plupart de nos espèces – 300 000 ans – nous, les humains, avons été des chasseurs-cueilleurs. Cependant, il y a environ 10 000 ans, et aidés par la stabilisation des saisons climatiques actuelles, les humains ont développé l’agriculture et l’élevage dans plusieurs régions du monde à la fois. Nous avons pris des variétés sauvages de plantes et les avons modifiées par essais et erreurs en fonction de nos intérêts. Cela a permis une plus grande disponibilité de nourriture et la population a progressivement augmenté, surtout à partir du XIXe siècle, avec l’aide des révolutions industrielle et scientifique.

 Aujourd’hui, la moitié de toutes les terres habitables sur Terre est consacrée à l’agriculture. Les affectations comprennent la destruction d’innombrables écosysthèmes, la déforestation, les émissions de gaz à effet de serre, la salinisation et la perte de sol, l’augmentation de l’érosion et la pollution chimique. En fait, l’agriculture est la grande menace pour la biodiversité, en raison des vingt-huit mille espèces classées en danger, vingt-quatre mille sont imputables aux cultures vivrières.

producciodaliments

Pour produire un kilogramme de nourriture aujourd’hui, nous n’avons besoin que de 30% des terres que nous utilisions en 1960. Malgré cela, une telle croissance démographique a fait que les terres consacrées aux cultures ont dû augmenter considérablement. Si en 1600 nous avons consacré 200 millions d’hectares aux cultures, nous en consacrons aujourd’hui 1,4 milliard.

 Il s’agit de libérer 80% des terres actuellement consacrées à l’agriculture, afin qu’une grande partie des écosysthèmes puissent retrouver leurs fonctions écologiques, restaurer la biodiversité et éliminer complètement les émissions et la pollution chimique liées aux cultures.

Les avantages de l’agriculture verticale

Le premier avantage est qu’il occupe beaucoup moins de terrain. Aujourd’hui, l’agriculture verticale se concentre sur ce que nous appelons les aliments de «première génération». Ce sont des plantes à feuilles vertes, herbacées ou de petite taille: laitue, chou, basilic, culture, herbes médicinales, fleurs, pois, moutarde, brocoli et radis, entre autres.

Les cultures verticales de première génération correspondent à de petites plantes où elles peuvent être plantées beaucoup plus densément et dont, comme elles sont courtes en hauteur, les étagères peuvent être très proches. Une autre innovation qui a été faite est d’augmenter la proportion de partie comestible. Dans une laitue en plein air, nous n’en consommons qu’environ 40%. Dans les exploitations verticales, cette proportion est passée à 90%. aerofarms

Une culture vertical chez aerofarms https://aerofarms.com/ 

Une autre façon d’augmenter la production est d’éliminer complètement les ravageurs, qui détruisent entre 20% et 40% des cultures. Cela peut être fait par le fait qu’il s’agit d’un système complètement fermé et isolé de l’extérieur. La récolte peut également être accélérée. Cela ne prend que quinze jours entre les récoltes, alors que dans l’agriculture traditionnelle, ce processus peut prendre entre trente et quarante-cinq jours, selon la culture . De plus, sur une ferme verticale, une fois récoltée, elle peut être replantée immédiatement, alors que dans l’agriculture traditionnelle, il faut une semaine pour reconditionner la terre.

Un autre avantage est qu’il a besoin de beaucoup moins de ressources pour produire la même nourriture. Ainsi, par exemple, pour produire un kilogramme de laitue à l’extérieur, nous avons besoin d’environ deux cent quarante litres d’eau. Cette quantité tombe à 1,2 litre d’eau dans les fermes verticales. De plus, ils n’ont pas besoin de sols, une ressource formée par le mélange de matières minérales et organiques et qui est limitée et fragile. Dans les cultures aéroponiques, les racines pendent dans l’air et les nutriments et l’eau se vaporisent dessus. Cela permet d’économiser 95% de l’eau requise par rapport aux cultures traditionnelles, ou 40% par rapport aux cultures hydroponiques. De même, comme il s’agit d’un système fermé, aucun pesticide, herbicide ou fongicide n’est utilisé et des aliments plus sains et plus nutritifs sont produits. Les engrais susceptibles de contaminer l’environnement ne sont pas non plus utilisés, car les nutriments vont directement aux racines.

 Puisqu’il s’agit d’un système fermé, toutes les conditions peuvent être contrôlées avec précision grâce à d’innombrables capteurs qui fournissent des données en continu et sont analysés par des scientifiques travaillant in situ. Les saisons, le changement climatique, les tempêtes et la grêle sont éliminés. Les niveaux de température, d’humidité, de lumière, de nutriments et de CO2 peuvent être programmés en détail pour optimiser la production; et la fabrication d’aliments avec certaines propriétés gustatives et nutritionnelles, en contrôlant leur texture et leurs arômes, par exemple. La lumière mérite une mention spéciale.

Un autre aspect positif est que la nourriture est produite dans les villes, directement sur le lieu de consommation. Du moment où la nourriture est récoltée jusqu’à ce qu’elle atteigne l’assiette, cela peut prendre quelques heures, au lieu de jours et de semaines.

Numérisation de l’agriculture et défis futurs

Nous ne devons pas oublier les défis auxquels l’agriculture verticale est confrontée. Les principaux sont le prix et la consommation d’énergie. Au Japon, où le secteur commence à se développer, la laitue produite dans les exploitations verticales est considérée comme 12% plus chère. Cependant, avec la baisse des coûts causée par le développement technologique et l’augmentation des connaissances, il est prévu que dans les années à venir, le coût sera inférieur à l’agriculture traditionnelle. Au-delà, le coût de l’énergie est le principal défi. Transformer verticalement toute l’agriculture traditionnelle nécessite d’énormes quantités d’énergie, en particulier la lumière, qui représente 80% de la consommation d’électricité. En outre, il convient de noter que les cultures de deuxième génération, qui ne sont pas encore exploitées commercialement en général, nécessiteront 2,5 fois plus d’électricité par kilogramme de produit que les cultures actuelles de première génération. Lorsque la troisième génération arrivera, la facture d’électricité augmentera encore plus: trente fois par kilogramme.

Comme nous pouvons le voir, l’agriculture verticale peut transformer le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. De la découverte d’une planète où les écosystèmes naturels constituent à nouveau la majorité des terres qui nous entourent, à l’élimination du besoin d’importer et d’exporter des aliments, ce qui garantit la souveraineté alimentaire et a un impact environnemental et économique profond.

L’europe, saura-t-elle s’adapter aux changements qui se profilent?

Rejoindre notre groupe facebook

facebook logo

 

Nouveautés du site
nouveautés du site

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ouvrir chat
Besoin d'aide?
Francophones en Catalogne
Bonjour, nous sommes à l'écoute