Les premières phases de désescalade ont ramené un certain rythme sur le marché de l’immobilier. Un rythme qui, bien que lent, semble maintenir une tendance stable-modérée. C’est ce qu’indique une nouvelle édition du Baromètre de l’immobilier – «Le sentiment du marché des professionnels de l’immobilier». Ceci a été réalisé par l’UCI et la SIRA pour connaître la perception et l’évolution du secteur de l’achat et de la vente de biens selon ces professionnels.

Le baromètre immobilier précédent portait sur le marché immobilier pendant la période de confinement. Maintenant, analysons la perspective du secteur au cours des dernières semaines où les différentes phases de la désescalade ont eu lieu.

La vente de biens immobiliers reprend avec la reprise du rythme du travail
La reprise progressive du rythme du travail dans les agences immobilières s’est également traduite en données reflétant un mouvement plus marqué dans le secteur des achats et ventes immobilieres. Le rétablissement de la composante face à face de certaines activités et processus a été constaté ces dernières semaines.

Ainsi, alors que pendant la période de confinement, 6 professionnels de l’immobilier sur 10 signalent une baisse élevée et même radicale des offres traitées, en phase de désescalade, près de 30% des professionnels parlent de stabilisation de ces opérations. De plus, les professionnels sont optimistes. 25% s’attendent à une croissance modérée. Plus de 10% de croissance moyenne des offres traitées dans les prochains mois.

La même chose se produit avec la fermeture des opérations. Si 40% des professionnels de l’immobilier ont assuré une baisse radicale lors de l’accouchement, ces dernières semaines la tendance est à la stabilisation, selon 35%. De plus, 20% pensent que cela va continuer ainsi et même s’améliorer dans les prochains mois.

Les professionnels de l’immobilier parlent de stabilisation et d’un intérêt modéré pour l’achat
En ce qui concerne le nombre d’acheteurs intéressés à acquérir un bien, alors que 35% de ces professionnels ont indiqué une baisse des acheteurs de plus de 50% pendant la période de confinement, dans la désescalade cette baisse radicale n’est partagée que par 10% des professionnels de l’immobilier. Ceux-ci se sont engagés à stabiliser et à augmenter modérément le nombre de clients intéressés à acheter, avec une projection similaire pour les trois prochains mois.

Du côté des vendeurs de biens, comme indiqué dans le précédent baromètre immobilier, la tendance reste stable. 37% (contre 29% dans l’étude précédente) de ces professionnels jugent la situation stable. Même 20% indiquent une croissance modérée. En outre, dans les mois à venir, une augmentation plus notable du profil des vendeurs est attendue. UIn 32% prévoit une augmentation modérée et 15% une croissance moyenne.

Ces dernières semaines, il semble que le portefeuille immobilier soit resté stable pour 40% de ces professionnels. Suite à la tendance à une croissance modérée et moyenne du nombre de vendeurs, ils estiment également qu’il se répliquera dans le parc immobilier pour les prochains mois. Une situation de stabilité et une tendance à une croissance modérée qui permettront, selon les professionnels de l’immobilier, de continuer à disposer du personnel habituel de leurs agences.

La stabilité est aussi dans les prix
Interrogés sur le prix, près de la moitié des professionnels pointent vers la stabilité et 35% vers une baisse modérée, ce qui devrait être la tendance dans les prochains mois.

Pour José Manuel Fernández, directeur général adjoint de l’UCI,

«ce baromètre immobilier est une excellente nouvelle pour le secteur car il reflète qu’une fois l’activité en face à face se redresse, les baisses du marché de l’achat et de la vente de propriétés se traduisent par une stabilisation et une croissance modérée. d’opérations fermées et d’autres variables clés dans le processus ».

Si vous voulez avoir un aperçu des prix,

Vérifiez les prix sur notre section immo: 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ouvrir chat
Besoin d'aide?
Francophones en Catalogne
Bonjour, nous sommes à l'écoute