Coïncidant avec la fin de l’état d’alarme, prévue pour le 9 mai, le gouvernement s’attend à ce que les bars et restaurants ouvrent pour le dîner à partir du lendemain, le lundi 10 mai. De cette manière, le Procicat prévoit d’étendre les restrictions actuelles tout au long de la semaine à venir, mais est ouvert à l’assouplissement de certaines des mesures qui limitent le secteur de la restauration une fois que l’état d’alerte se sera réduit. En effet, ce vendredi à midi, on s’attend à ce que le ministre de la Santé, Alba Vergés et le ministre de l’Intérieur, Miquel Sàmper, semblent expliquer la nouvelle situation.

Cependant, cet assouplissement des mesures se conjuguerait avec l’intention de maintenir le couvre-feu en Catalogne une fois que l’état d’alarme ne serait plus en vigueur. En effet, il est prévu qu’au Conseil exécutif, mardi prochain, le 4 mai, le gouvernement approuvera par décret un amendement à la loi sur la santé publique qui permettra le maintien du couvre-feu.

La possibilité que les bars et les restaurants puissent servir le dîner, même si pour le moment il n’a pas été précisé quelle serait l’heure de fermeture, car au moment où le couvre-feu commence à 22 heures, cela donnerait de l’oxygène au secteur de la restauration., Qui pendant des semaines ont demandé à pouvoir étendre leur service au-delà de 17 h

La restauration ne veut pas du couvre-feu

En tout état de cause, le secteur de la restauration s’est déjà prononcé contre le maintien par le gouvernement de son couvre-feu au-delà du 9 mai. Lors d’une réunion tenue mercredi après-midi par le gouvernement et la guilde, l’entité a de nouveau exigé que le 3 mai “une nouvelle étape de désescalade soit franchie permettant la consommation pendant l’après-midi et le soir”, a-t-il ajouté une nouvelle affirmation selon laquelle  l’ouverture de la restauration soit prolongée jusqu’à minuit lorsque l’état d’alarme prend fin. Le directeur du syndicat, Roger Pallarols, a déclaré que, de l’entité, “on ne comprend pas pourquoi la Generalitat s’accroche au blocus économique”. «Il semble qu’il se sente à l’aise d’assujettir la population à des restrictions qui, un an plus tard, sont insupportables tant pour les entreprises que pour le grand public. Cette restriction permanente des droits et libertés publics n’est pas inhérente à un système démocratique. “

Joindre notre groupe facebook

facebook logo

Nouveautés du site

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ouvrir chat
Besoin d'aide?
Francophones en Catalogne
Bonjour, nous sommes à l'écoute