Ce sont les 5 changements qui vont vous concerner.

Le règlement entrera en vigueur une fois que le gouvernement espagnol aura approuvé le projet de loi.

La Direction générale de la circulation (DGT) prépare une série de nouvelles mesures pour après l’été. Il s’agit d’un nouveau cadre réglementaire qui n’a pas été sans controverse et qui résulte de la réforme du code de la route, qui entrera en vigueur lorsque le gouvernement espagnol aura approuvé le projet de loi.

L’objectif de cette réforme est de réduire les incidents et accidents de la route en adaptant la réglementation aux habitudes et aux nouvelles formes de mobilité qui apparaissent en milieu urbain. Ci-dessous, nous passons en revue les 5 principaux changements qui devront être pris en compte.

Utilisation du téléphone portable

L’utilisation du téléphone portable est l’une des distractions les plus courantes. Non plus seulement pour parler au téléphone, mais aussi pour consulter les messages, les e-mails, les réseaux sociaux et même prendre des photos en conduisant. Ce sont des pratiques dangereuses qui continuent d’être détectées trop souvent.

Parmi les modifications de la DGT figure le durcissement de ce type d’infraction. Avec la nouvelle réglementation, la pénalité est de 600 euros et six points en moins. De plus, l’amende ne dépend plus de l’utilisation ou non du téléphone, car elle pénalise le simple fait d’avoir le téléphone portable en main.

Dites adieu aux 20 km/h pour avancer

Jusqu’à présent, les conducteurs disposaient d’une marge de 20km/h au-dessus de la vitesse maximale pour dépasser le véhicule qui les précède sur les routes conventionnelles. Maintenant, cette règle a disparu. De nombreux conducteurs ont défendu la mesure pour la nécessité d’avancer, mais la DGT a décidé de la supprimer pour « s’adapter à la réglementation » des autres routes européennes.

Il est important de noter, cependant, que cette mesure pourrait encore être renversée. Malgré la position favorable pour l’éliminer du gouvernement espagnol et de la DGT, plusieurs amendements du parti peuvent être nécessaires pour approuver la réforme et qui, s’ils sont mis en œuvre, pourraient empêcher sa mise en œuvre.

Utilisation de trottinettes électriques

Parmi les nouvelles formes de mobilité en ville, les scooters électriques sont sans aucun doute la grande nouveauté de ces dernières années. Pour cette raison, la DGT a dû créer des réglementations spécifiques pour son utilisation. Une réglementation qui vient après l’essor qu’a fait ce moyen de transport et les incidents provoqués par l’absence de réglementation.

Les trottinettes électriques doivent circuler à une vitesse comprise entre 6 et 25 km/h et ne seront pas autorisées sur les trottoirs. De plus, toute personne utilisant une trottinette électrique doit porter un casque. Ils auront également une circulation restreinte sur les routes interurbaines, les croisements, les autoroutes, les voies rapides et les tunnels urbains.

Amende pour port d’un détecteur de radar

Cette règle est la même que celle des téléphones portables : l’utilisation d’un détecteur de radar était auparavant sanctionnée, alors que lorsque la nouvelle règle entrera en vigueur, le simple fait de l’amener à la voiture sera punissable. La pénalité sera de trois points sur le permis de conduire.

La réglementation “interdit l’installation ou le transport dans les véhicules d’inhibiteurs de radars ou de compteurs de vitesse ou de tout autre instrument visant à contourner ou à entraver le bon fonctionnement des systèmes de surveillance du trafic, ainsi qu’à émettre ou faire des signaux à cet effet”.

Dommages  à l’environnement

La DGT définit les infractions relatives aux atteintes à l’environnement comme un nouveau type de règle qui ouvre la porte à des sanctions comme l’arrêt ou le stationnement d’un véhicule sans couper le moteur.

La réforme stipule que l’usager de la route “est obligé de se comporter de manière à ne pas gêner indûment la circulation, ou causer un danger, des dommages ou des inconvénients inutiles aux personnes ou des dommages aux biens ou à l’environnement”.

Certaines communes incluent déjà dans leurs ordonnances sur l’environnement et la mobilité la possibilité de sanctionner les conducteurs qui ne coupent pas le moteur après un stationnement ou lors de détentions prolongées. Ils disposeront désormais du cadre juridique nécessaire pour traiter de telles sanctions.

Joindre notre groupe facebook

facebook logo

Nouveautés du site

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ouvrir chat
Besoin d'aide?
Francophones en Catalogne
Bonjour, nous sommes à l'écoute